Les acteurs

Les acteurs

Publié par admin

La Table Ronde :

La Table Ronde Française est une association de jeunes hommes responsables d’activités professionnelles diverses, âgés au maximum de 40 ans.

La Table Ronde a pour but de :

Favoriser la réflexion et l’échange entre jeunes hommes exerçant des professions différentes.

Démontrer que toute profession exercée avec honneur et conscience est utile à la communauté.

Promouvoir les plus hautes valeurs morales, tant professionnelles que civiques.

L’appartenance à la TRF implique chaque année une obligation d’action qui peut être culturelle ou sociale participant ainsi à l’amélioration de la société et la création d’un espace de sérénité et de paix propice au développement intellectuel, favorisant au sein de la cité un engagement plus fort et plus solidaire pour le bien de tous.

Le Ladies’ Circle :

Le Ladies’ Circle est un club international dont la devise est « Amitié et Service », « Friendship and Service ». Celle-ci aurait pu être également plaisir, épanouissement, partage et tolérance.
Il regroupe des femmes dynamiques qui se retrouvent une ou deux fois par mois. Pour être membre de notre club, il faut avoir moins de 45 ans et être présentée et parrainée par une « Ladies ».
Le parrainage existe aussi à un niveau international, puisque le Ladies’ Circle France a trois Clubs filleuls :
En Roumanie depuis juillet 1993 (Tournu Severin n°2) à Madagascar depuis Novembre 2001 (Antananarivo n°1) et au Maroc depuis décembre 2004 (Casablanca n°1).
La France sera prochainement le pays parrain de la Tunisie qui est actuellement en formation.
Buts du club
• Favoriser l’amitié entre femmes à un niveau local, régional, national et international.
• Offrir à ses membres l’opportunité de participer activement à des conférences, débats, simples causeries ou sorties.
• Etre non politique et non religieux
• Appliquer la devise du Ladies’ Circle France  » Amitié et Service « .
• Développer des actions services sur un plan local, national et international. L’action service internationale et nationale est votée pour deux ans, tous les deux ans lors des Assemblées Générales Mondiales ou Nationales. Au niveau local, chaque club est libre de son action et de sa durée
• Maintenir et privilégier les relations avec la Table Ronde, le Club41 et l’Agora (les autres Clubs du QUATALAGOR).
Historique du club
Le 19 juin 1971, le premier Ladies’ Circle français est né à HIRSON. Parrainé par Salisburry (Grande-Bretagne) et Tirlemont (Belgique). Depuis le LCF s’est étoffé et actuellement 35 Clubs fonctionnent et deux sont en formation. Depuis 1979, le LCF est rattaché au Ladies’ Circle International (LCI)

Le Club 41 Français

Le Club 41 Français est un club humaniste caractérisé par son esprit d’ouverture et de partage.

A ce titre, il est un Club ouvert aux hommes de plus de 40 ans.
Le Club 41 Français respecte les idées et les valeurs morales de tous.
Nous y cultivons des valeurs humaines d’entente, de tolérance et d’amitié
en acceptant nos différences et en nous enrichissant de nos expériences mutuelles,
sans tenir compte du rang social ou de la fortune personnelle de chacun.

Aujourd’hui le Club 41 Français représente 6000 membres
répartis dans 300 clubs regroupés en 16 régions.

La Société Française de Greffe de Moelle

La Société Française de Greffe de Moelle (SFGM-TC) est une association régie par la Loi du 1er Juillet 1901 et par le Décret du 16 août 1901 ; déclarée d’utilité publique. Elle a été fondée en Octobre 1992 par la fusion des associations France Autogreffe (FAG) et Groupe d’Etudes des Greffes de Moelle Osseuse (GEGMO). Cette société regroupe plus de 75 centres d’Allogreffes et d’Autogreffes. Environ 400 personnes physiques en sont membres.

Cette association a pour but de développer les connaissances scientifiques sur la greffe de moelle et de cellules souches hématopoïétiques* et d’en améliorer les résultats.
Cette association a une double fonction :

Une fonction administrative :
Le recueil des informations concernant des activités de greffes de cellules souches hématopoïétiques permet d’organiser et de développer cette pratique afin de mieux la maîtriser. Interlocuteur des pouvoirs publics et de l’EFG (Etablissements Français des Greffes) depuis sa création, la SFGM, parce qu’elle regroupe toutes les compétences dans le domaine de la greffe de cellules souches et de thérapie cellulaire (génique), a une fonction d’expert auprès de nos autorités de tutelle. Elle a la charge de la bonne tenu du registre des greffes, qui donnent une vision précise chaque année au Ministère de la Santé, des besoins de la population médicalisée. Elle assume un rôle pédagogique en créant des programmes d’enseignements, favorisant ainsi les contacts entre équipes à travers des sessions plénières. Enfin la SFGM travaille sur la formation des jeunes médecins par l’aide financière qu’elle apporte pour des stages.

Une Fonction de Société Savante :
Le registre de la SFGM qui comporte plus de 8000 allogreffes** et plus de 10000 autogreffes** a permis de nombreuses analyses rétrospectives. De plus, la SFGM promeut chaque année de nombreux protocoles prospectifs dans le domaine des greffes de cellules souches hématopoïétiques. Les protocoles mis en place par la SFGM, sont par excellence des études qui sont faits dans les centres de greffes, permettent un meilleur apprentissage et un partage des connaissances entre les équipes pour le bien des malades.

En 1999, 3451 malades ont reçus une ou plusieurs injections de cellules souches hématopoïétiques que ce soit des greffes autologues ou des greffes allogéniques et cela représente une augmentation de plus de 5% par rapport à 1998. La greffe allogénique restant la seule thérapie pour certaines pathologies hématologiques qui restent réfractaires à tous les chimiothérapies, le développement de cette technique sera pour les années à venir un axe de recherche privilégié. La Greffe est possible lorsqu’il existe au sein de la famille des frères ou des sœurs compatibles au niveau du leur système immunitaire, dans le cas contraire, nous sommes obligés de faire appel aux registres nationaux et internationaux de donneurs. Cette recherche a des limites car malgré tous les efforts que nous pourrions faire pour développer ces registres, le système immunitaire de l’homme est tellement complexe dans la combinaison des différents marqueurs génétiques qu’il est impossible de trouver un donneur compatible pour 40% de la population mondiale. C’est pourquoi, il a été mis en place de nombreux travaux sur les modes de greffes que nous appelons « mismatch » ou non apparentée afin que nous puissions réduire la toxicité de la greffe en elle-même pour obtenir une guérison. La SFGM par son action, favorise le développement de nouvelles techniques, encourage la collaboration scientifique et facilite son accès au plus grand nombre. Ainsi les Allogreffes qui étaient réservées au plus jeunes pour les problèmes toxicités liées aux chimiothérapies, ont pu être pratiquées sur des malades plus âges avec une même efficacité.